IoTivity : Nouveau sandard open source pour l’internet des objets

L’Open Interconnect Consortium, regroupant des industriels des nouvelles technologies comme Samsung, Intel ou Cisco, a publié une première version du standard IoTivity permettant aux objets connectés de communiquer entre-eux.

Un marché des objets connectés en pleine croissanse

L’Open Interconnect Consortium (OIC) fondé le 27 juillet 2014 est destiné à faciliter l’intégration des objets connectés entre-eux. L’idée est de créer de nouveaux standards open-source pour l’inter-connexion des objets connectés, quelle que soit leur plateforme matérielle et logicielle. Cette initiative survient dans un contexte où les objets connectés se multiplient sans nécessairement être compatibles entre-eux ou avec l’ensemble des appreils censés les piloter, tels que les Smartphones ou les tablettes. L’intérêt est d’autant plus pertinent que le marché des objets connectés devraient représenter plus de 200 milliards de livraisons d’ici 2020.

Standardiser les échanges entre les objets connectés

L’objectif de ce Consortium n’est pas de créer une nouvelle norme de communication (une de plus), mais plutôt une plateforme se basant sur les technologies de communication existantes : Ethernet, Wi-Fi, Bluetooth ou encore NFC ou Zigbee. Orientée sur les usages à la maison, au bureau ou en voiture, cette plateforme, commune aux différents constructeurs, leur permettra d’assurer la compatibilité entre les objects connectés.

L’OIC vient d’ailleurs de publier la première version du framework open-source, baptisé IoTivity (« IoT » est la contraction d’Internet of Things qui signifie « Internet des objets »), permettant une connectivité transparente de périphérique à périphérique dans le but de répondre aux besoins émergents de l’Internet des objets. Cette plateforme entre dans la catégorie des intergiciels (middlewares) pouvant faire le lien entre des applications informatiques de différente nature. Le défi pour ce standard est d’assurer que tout objet connecté reposant sur ce framework pourra se connecter de manière fiable et sécurisée à l’Internet ainsi qu’aux aux objets connectés reposant sur le même framework. En tant que projet dépendant de la Fondation Linux, IoTivity est supervisé par un groupe de pilotage indépendant travaillant avec l’OIC.

Cette première version de IoTivity ne peut pas être intégrée, en l’état, dans des objets commercialisés. Elle est destinée aux développeurs qui pourront accéder aux API RESTful et devront soumettre leur code pour un examen effectué par des pairs. En effet, les produits basés sur le framework IoTivity devront passer par un processus de certification garantissant leur compatibilité et autorisant alors l’affichage du logo sur l’emballage. Ainsi, les premiers produits certifiés IoTivity n’arriveront pas sur la marché avant fin 2015.

oic-diagram

Un monde des objets connecté scindé en deux ?

Composé à l’origine par Samsung, Intel et Cisco l’Open Interconnect Consortium emmène aujourd’hui plus de 50 sociétés membres et compte quelques grands noms de l’industrie, comme General Electric (GE). De l’autre côté, Microsoft, Qualcomm et LG ont formé un consortium concurrent, l’All Seen Alliance (déjà plus de 100 membres) qui planche sur un standard concurrent baptisé AllJoyn. Ce protocole est déjà présent sur quelques objets du marché.

Même si ces deux consortiums reposent sur une philosophie commune, la notion de propriété intellectuelle diverge entre les deux organisations. En effet, alors que l’OIC oblige ses membres à céder les brevets des technologies apportées au standard aux autre membres du consortium pour une somme dérisoire, l’AllSeen Alliance favorise le business pour la cession de ces brevets.

Cette différence contribuera-t-elle à départager les deux standards ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *