Hotseat

Dans la famille des techniques collaboratives de résolution de problèmes, je voudrais le « Hotseat » . La technique est simple :

  • Demandez aux participants d’inscrire les problèmes qu’ils souhaitent résoudre sur des post-it (une idée par post-it comme à l’accoutumée).
  • Demandez au groupe de voter afin de choisir le sujet de la conversation. Il n’y a qu’une seule règle : vous ne pouvez pas voter pour votre propre idée !
  • La personne dont l’idée a été sélectionnée vient s’asseoir sur le Hotseat situé face au groupe et l’expose au reste du groupe.
  • Définissez une timebox (à votre discrétion en fonction du nombre de personnes et de la pertinence ou l’importance du problème) et demandez aux participants de poser autant de questions que possible afin d’explorer le problème à résoudre. Il peut être une bonne idée d’identifier quelques scribes qui prennent en note les détails importants.
  • Définissez une nouvelle timebox et demandez aux participants de faire émerger un maximum de solutions possibles, appelées options. La réussite de cet atelier repose sur le fait que la personne assise sur le Hotseat ne peut pas répondre aux idées émises par les participants. Les scribes documentent les options possibles.

Pour la suite, vous aurez un choix à faire. Une première variante consiste à utiliser un canevas (de type matrice) afin de pondérer chaque option par le rapport coût-valeur. Sélectionnez ensuite une ou deux options à expérimenter sans oublier de mesurer les résultats.

La deuxième variante consiste à positionner les options possibles dans un kanban avec les colonnes « Non testé » et « Testé ». Utiliser cette variante vous permet de générer de nouvelles options. Pour cela, choisissez une solutions située dans la colonne « Testé » et effectuez une rétrospective ciblée sur cette option. Vous pouvez alors demander ce qui a été essayé, ce qui a fonctionné, ce qui n’a pas fonctionné et comment peut-on modifier cette option, puis réessayer.

hotseat

Le Hotseat peut être utilisé dans l’un des scénarios suivants :

  • vous faites face à un problème pour lequel vous n’avez plus de solution disponible,
  • vous souhaitez traiter des problèmes récurrents (irritants),
  • vous voulez résoudre des problèmes qui sont quotidiens mais devenus transparents.

Cette technique provient d’Andrew Carnegie, pionnier de l’industrie sidérurgique américaine à la fin des années 1800. Il s’entourait d’experts et suivait leurs conseils. Depuis, cette technique a été reprise par différents modèles de coaching et a fait l’objet de diverses adaptations.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *